La dérivation de fonctions liée à l’intelligence verbale

Artificial.intelligence-150x150On ne sait pas trop ce qu’est l’intelligence, mais si on reprend la citation attribuée à Binet (« L’intelligence, c’est ce que mesure mon test »), on peut se mettre d’accord sur le fait que les tests de QI tels le WISC (pour enfants) ou la WAIS (pour adultes) permettent d’évaluer cet ensemble de compétences. D’un autre côté, la capacité à dériver des relations entre des stimuli est souvent considérée comme déterminante de cet ensemble de compétences. Cette capacité étant très liée au langage, cela permettrait de comprendre pourquoi l’être humain est le seul animal capable de dériver des fonctions entre des stimuli arbitraires, pour le dire autrement, à manipuler des symboles, à construire des analogies.

Pour vérifier si la capacité à dériver des fonctions est liée ou non à l’intelligence, Martha Pelaez et ses collaborateurs ont tout simplement proposé des exercices de dérivation conjointement à la passation de la WAIS à des participants âgés de 18 à 54 ans. Ils ont observé que les résultats à l’exercice de dérivation de fonctions était prédictif des performances aux sous-épreuves verbales de la WAIS-III. Un argument de plus pour dire que les réponses relationnelles dérivées et le langage constituent des phénomènes très liés entre eux, et pour affirmer; comme le montrent d’autres travaux, qu’augmenter les capacités à dériver des fonctions accroît aussi le QI. A suivre donc…

Vous pouvez lire l’article complet ici.

Poster un commentaire