Acceptation, suppression d’émotion ou réinterprétation ? Ca dépend !

Mary_Magdalene_Crying_Statue-300x300On trouve de nombreuses études qui comparent différentes stratégies de régulation émotionnelle. L’acceptation est-elle plus efficace que la distraction ou la reformulation du problème ? Même si des tendances apparaissent, on observe aussi des résultats contradictoires. Ce sont ces résultats qui ont conduit Amelia Aldao à mettre les pieds dans le plat de la flexibilité psychologique.

Dans un article passionnant publié dans Perspectives on Psychological Science, elle propose à la communauté scientifique d’aborder la question de la régulation émotionnelle de façon plus précise et plus parcimonieuse, en mettant en avant l’importance du contexte sur l’efficacité d’une stratégie.

Les stratégies de régulation émotionnelle ne semblent en effet pas systématiquement efficaces ou inefficaces. De nombreux paramètres entrent en jeu, comme les traits de personnalité de celui ou celle qui les applique, l’origine de l’émotion, le caractère automatique ou instruit de la stratégie de régulation émotionnelle, ou encore le nombre et la variété de stratégies dont dispose l’individu. On sait également que la culture, selon qu’elle incite ou non à l’expression des émotions, joue un rôle important.

Au-delà des propositions de méthodologie de recherche formulées dans cet article, son importance est capitale pour la pratique clinique. Car ce qu’il met en lumière, c’est la supériorité du concept de flexibilité psychologique sur celui d’évitement des expériences émotionnelles. Il n’existe en effet aucune stratégie de régulation émotionnelle « miracle », qui fonctionnerait en toutes circonstances, pas même l’acceptation. Ce qui compte, c’est la capacité à observer les répercussions d’une stratégie ou d’une autre, et d’être capable d’en changer lorsque les résultats attendus ne sont pas au rendez-vous. Savoir observer les conséquences à court et long terme, et être suffisamment flexible en présence des émotions pour changer de stratégie, ou pour persévérer dans celle en cours.

L’implication est également forte pour les thérapeutes, qui se doivent de réaliser une analyse fine et circonstanciée de chaque stratégie de régulation émotionnelle à laquelle le patient à recours, et de l’aider à retrouver une capacité de changement, en d’autres termes, à regagner en flexibilité psychologique.

L’article est disponible en ligne.

Aldao, A. (2013). The Future of Emotion Regulation Research Capturing Context. Perspectives on Psychological Science, 8(2), 155-172.

Poster un commentaire