Agir vers ce qui compte améliore la qualité de vie

800px-Chemin_BrouiUne étude à paraître dans la revue Emotion a évalué si le fait d’agir régulièrement dans le sens de ce qui compte pour soi (ce qu’on appelle « l’engagement vers les valeurs » dans l’ACT) a des effets sur le bien-être et sur les troubles psychologiques.

Un groupe de 42 participants souffrant de trouble d’anxiété sociale a renseigné chaque jour pendant 2 semaines ses activités, à quel point elles étaient en accord avec leurs valeurs, et à répondu à des questionnaires évaluant les émotions et le bien-être.

Les résultats ont montré que les jours où les patients agissaient en direction de leurs valeurs correspondaient aux jours où ils se sentaient mieux. Tout aussi intéressant, les auteurs ont testé si l’inverse était également vrai : est-ce que les patients sont plus actifs les jours où ils se sentent mieux. La réponse est non. C’est donc bien l’action vers ce qui compte qui agit sur le bien-être, et non l’inverse.

Au passage, l’étude évaluait un autre groupe sans trouble psychologique, et les résultats montraient une amélioration de l’estime de soi, une augmentation des émotions positives et une diminution des émotions négatives les jours où les participants agissaient vers ce qui compte pour eux. Pas besoin de souffrir d’un trouble psy donc pour profiter de l’engagement dans ses valeurs.

Source : Kashdan, T. B., & McKnight, P. E. (in press). Commitment to a Purpose in Life: An Antidote to the Suffering by Individuals With Social Anxiety Disorder. Emotion.

7 comments for “Agir vers ce qui compte améliore la qualité de vie

  1. 9 décembre 2013 at 20 h 29 min

    Un peu taquins, d’aucuns pourraient conclure que l’action n’a aucun effet sur le sentiment de bien être puisque le bien être peut apparaître sans l’action ^^

    • 10 décembre 2013 at 9 h 32 min

      Un peu taquins, effectivement ;) ! Car si le sentiment de bien être peut tout à fait apparaître sans l’action, il y a de fortes chances pour qu’il apparaisse bien plus souvent quand il y a action en direction de quelque chose d’important pour soi. Il n’est pas exclu de se sentir bien lorsqu’on ne fait rien, mais c’est laisser la décision au hasard peut-être…

      • 10 décembre 2013 at 10 h 10 min

        ;)

        Et… si tu sais comment vraiment « rien faire »… montre-le moi!

        Bonne journée à vous et à tous qui supportent (ou insupportent) ce genre de jeux… (et pardonnez-moi de m’amuser un peu, de cette façon)

  2. 9 décembre 2013 at 14 h 22 min

    Yes sir! Sonder un peu nos valeurs aux moments du bonheur, quand on se sent reconnaissant, tisse des relations (encore plus) motivantes entre nos sentiments et nos valeurs, me semble-t-il.
    Auparavant je m’étais mis à la découverte de mes valeurs, un peu « à sec »; je ne veux pas dire que cela ne m’a pas aidé, au contraire. Mais c’était presque une exercice philosophique qui manquait « un peu de jus »…
    Lier la gratitude et les valeurs a rendu ce processus de découverte bien plus savoureux.. (et je le reconnais, je reste un grand gourmand… je ne me suis pas installé en France pour rien! ;)

    • admin
      9 décembre 2013 at 14 h 37 min

      :)

  3. 9 décembre 2013 at 9 h 05 min

    « Pas besoin de souffrir d’un trouble psy donc pour profiter de l’engagement dans ses valeurs »

    Pas pour la première fois, tu me fais sourire, Jean Louis…
    Et pour prolonger un peu tes propos: si, quand on se sent heureux, ou se souvient en suffisamment de détail, un moment de bonheur, on se demande: « Qu’est-ce qui me rend heureux, maintenant, » Ou, « en quoi cela me rend heureux? »,
    J’ai fait l’expérience avec un petit journal de gratitude (reconnaître et décrire les -petits- moments de bonheur), pour ensuite me poser ces questions. Une façon agréable non seulement pour alimenter un peu ces moments, mais aussi pour découvrir un peu plus ce qui compte vraiment… au delà les « désirs à combler (encore et encore, comme dans des démarches hédonistes) »..

    • admin
      9 décembre 2013 at 13 h 30 min

      Sûr Maarten! Et finalement, c’est relativement simple, pas vrai? Il suffit de prendre le temps d’écouter ce qui nous fait du bien de façon durable.

Poster un commentaire