Libérez-vous des pics d’adaptation des réseaux

Une part importante de nos comportements se passe sur internet. Nous y achetons, nous y travaillons, nous y jouons, nous nous y informons, nous y discutons, nous y payons nos factures. L’internet est devenu un de nos contextes d’actions principaux.

La particularité de ce contexte repose sur son organisation. Dans le monde hors internet, les contextes dans lesquels nous évoluons sont façonnés par de multiples acteurs, à savoir, tous ceux qui y évoluent, ainsi que nous-mêmes. Chaque être vivant modifie une part du monde, ce qui fait que les contextes dans lesquels nos comportements apparaissent connaissent une part importante de variation. En conséquence, nos comportements y sont variés, ce qui préserve en nous une part de flexibilité nécessaire pour nous adapter aux changements.

Dans les contextes de l’internet, les choses sont différentes. Seuls les algorithmes qui gouvernent les outils comme Facebook, Google, Snapchat, etc façonnent ces mondes avec lesquels nous sommes en interaction.

L’objectif de ces plateformes est de nous délivrer l’information la plus renforçante pour nous, essentiellement dans le but que nous utilisions plus ces services. Cela signifie que les réponses que Google donne à nos requêtes, ou les posts que notre réseau social fait apparaître en priorité, correspondent à ce que l’algorithme connait de nous, en fonction des contenus que nous avons regardé, liké, commenté ou partagé auparavant.

Petit à petit, parce que l’algorithme vous connait de mieux en mieux, il ne vous montre plus que des contenus qui vous intéressent, qui correspondent à vous goûts. C’est très pratique et très agréable. Le problème, c’est que vous allez rapidement vous retrouver à ne consommer qu’un seul type d’informations, un seul type de connaissances, d’échanger avec des gens qui vous ressemblent, et de ne plus jamais être challengé dans vos croyances. Vous risquez alors de perdre la variété comportementale qui permet de s’adapter quand l’environnement change. Car en dehors de l’internet, le monde est bien moins prédictible, il est même en changement permanent et ne se répète jamais. Précisément, le vivant n’est pas gouverné par un algorithme, et au même titre qu’il est risqué de se comporter toujours de la même façon vis-à-vis de ses émotions et de ses pensées –ce que nous appelons l’inflexibilité psychologique dans l’ACT-, il est risqué de trop s’habituer à un environnement contrôlé comme l’est l’Internet.

Le second problème est que vous vous sentez à l’aise dans ces contextes, puisqu’ils sont peuplés de stimuli que vous appréciez. Vous risquez alors de rester coincé dans une bulle, rassurante, mais limitée, à toujours lire les mêmes textes, voir les mêmes types de vidéo, discuter avec des gens qui se ressemblent, etc. C’est un problème car vous ne pourrez jamais entrer en contact avec des contenus encore plus intéressants pour vous et dont vous ne soupçonnez pas l’existence. C’est un problème car vous aurez bien du mal à sortir de ce que les évolutionnistes appellent un pic d’adaptation : pour espérer découvrir de nouvelles choses qui vous intéressent ou faire la connaissance de nouvelles personnes captivantes, il faut que vous sortiez de cette bulle confortable et que vous entriez en contact avec de la nouveauté, dont une grande partie sera inintéressante pour vous, voire irritante, mais au milieu de laquelle se trouvent des trésors qui pourraient encore plus répondre à vos aspirations profondes. Dit autrement, en nous coinçant dans des mondes qui nous satisfont à court terme, les algorithmes des réseaux et des moteurs de recherche nous privent de la chance de découvrir des domaines dans lesquelles nos valeurs pourraient vibrer encore plus fort.

Il est possible de quitter ce pic d’adaptation tout en continuant à utiliser ces plateformes.

Sur Google, désactivez l’enregistrement de l’historique et supprimez régulièrement les cookies. Ou encore, utilisez un moteur de recherche qui n’enregistre pas votre historique (comme Qwant). Vous verrez que c’est assez pénible : les résultats que vous obtenez sont beaucoup moins pertinents pour vous. Cependant, c’est à ce moment que vous aurez l’opportunité de découvrir des choses passionnantes dont vous ne savez même pas encore qu’elles peuvent vous faire vibrer.

Sur les réseaux sociaux, relevez ce défi : tapez n’importe quelle suite de lettres dans la zone de recherche, et demandez à la première personne dont le nom apparaît de devenir votre ami(e).

Qui sait, peut-être allez-vous rencontrer des gens passionnants aux antipodes de ceux avec qui vous échangez habituellement ! Au minimum, vous augmenterez votre flexibilité.

1 comment for “Libérez-vous des pics d’adaptation des réseaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *