Vu d’en bas, tout parait trop haut

Vous sentez que ça chauffe… Vous êtes à nouveau face à cette critique que vous vous adressez trop souvent à vous-même, ou au beau milieu de cette angoisse si familière, ou de cette tristesse qui vous colle à la peau.

Cette fois, faisons un peu différemment.

Shazam ! Derrière vous apparaît la tour Eiffel.

Vous prenez l’ascenseur et en une seconde vous arrivez au dernier étage. Là-haut, vous regardez dans les jumelles. Tout en bas, loin là-bas, c’est bien vous.

Vous zoomez et vous vous voyez au beau milieu de votre souffrance. Si loin, et en même temps si proche que vous sentez cette émotion avec la même intensité.

Vous êtes celle qui se recroqueville tout en bas, qui cherche à fuir ou à se protéger, et aussi celle qui embrasse l’horizon, tout en haut. Regardez loin autour de vous. Regardez-vous d’en haut. Au sol, votre souffrance occupe tout l’espace. Depuis là-haut, elle est un point parmi d’autres.

Redescendez. Observez-vous aux prises avec cette souffrance.

Un point parmi les autres.

[Vous souhaitez booster votre capacité à changer de perspective en tant que thérapeute? Rejoignez-nous pour un atelier en ligne]

[Cet article intéresserait quelqu’un dans votre réseau? Partagez!]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *